NOS RÉSIDENTS EN 2018

_
BIANCA BALDI

Le travail de Bianca Baldi prend appui sur les intrigues de l'histoire afin d'en révéler les complexes réseaux d'influences politique, économique et culturelle. Bianca Baldi traite des structures de pouvoir dissimulées et des mises en récit de l'oppression fabriquées à partir de photographies, films, écrits, publications et installations.

Bianca Baldi a reçu le soutien de Wallonie-Bruxelles International


Bianca Baldi, Eyes in the Back of Your Head, vue d'exposition, Kunstverein Harburger Bahnhof, Hambourg, 2017

_
MARTIN BELOU

Martin Belou (né en 1986) est un artiste qui crée des situation performatives et des expériences utilisant les éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu. (...)


Martin Belou, Les Hors D'oeuvres, Plâtre fumé au cèdre, champignons, gourdes, métal, bois dimensions variables, 2017

_
VALÉRIE BLASS

Les récentes propositions de Valérie Blass sont investies d’une double tension qui confronte les notions de visibilité et d’invisibilité ainsi que les limites entre volume et surface. (...)


Valérie Blass, To only ever say one thing forever the same thing, vue d'installation, Catriona Jeffries, Vancouver, 2015

_
SOPHIE BUENO-BOUTELLIER

Sophie Bueno-Boutellier est surtout connue pour ses installations minimales d'objets apparemment disparates, reliés entre eux par des vides et silences. Ces assemblages se construisent selon une méthode de travail bien précise qui commence par la collecte et la sélection minutieuse de ces matériaux et objets, et s’achèvent par un méticuleux travail d’arrangement, de ré-arrangement, de fabrication et re-fabrication.


Sophie Bueno-Boutellier, Toss & Roll, 2016. Courtesy The approach Gallery. © Aurélien Mole / Fondation d'entreprise Ricard

_
KAH BEE CHOW

Kah Bee Chow travaille avec des formes d'habitat en relation avec les animaux et les humains, portant une attention particulière à l'espace et à l'environnement.


kah Bee Chow, [Haigui] (sea turtle), vue d'exposition, Tranen Contemporary Art Center, Hellerup, Danemark. © David Stjernholm

_
GHISLAINE LEUNG

Ghislaine Leung est née en 1980 à Stockholm (Suède). Elle vit et travaille entre Londres et Bruxelles.
(...)


58 : 96 / 49, Ghislaine Leung , 2018
Plastic, aluminum tape, dye, glue, children's playhouse, metal, dimensions and title variable. Playhouse purchased in country of exhibition. Tape at minimum ceiling height for country of exhibition.
Installation View at Frieze, New York 2018. Courtesy of the Artist and ESSEX STREET, New York.

_
CAROLINE MESQUITA

Caroline Mesquita explore la vitalité et la complexité du comportement de groupe dans la plupart de ses installations sculpturales et travaux. La matière première fournit l'étincelle qui anime son engagement narratif avec des notions de religion, d'incarnation, de transformation, de sensualité et de sociabilité (...).


Caroline Mesquita, Astray, vue d'exposition, 2018, Kunsthalle Lissabon, Lisbonne. © Bruno Lopes

_
CLÉMENCE DE MONTGOLFIER

Clémence de Montgolfier (née en 1987) collabore sous le nom The Big Conversation Space (TBCS) avec l’artiste américaine Niki Korth (née en 1987, vit et travaille à San Francisco) depuis 2010. Ensemble et séparément, elles s’interrogent sur la circulation des discours à travers les technologies contemporaines de leur production et de leur reproduction et sur leur devenir incertain (...)


BCC Channel, épisode 3, Rêve, fantasmes et désirs, The Big Conversation Space et Alexander Rhobs produit avec le149.net, 2016

_
ANIARA OMANN

Au croisement de la sculpture, de la vidéo, du texte et de la performance, le travail d'Aniara Omann puise dans les formes et les matériaux utilisés dans la production d'effets spéciaux et d'accessoires, afin d'explorer les frontières et les paradoxes entre inter-connectivité et individualité.

Aniara Omann est accueillie dans le cadre du programme d'échange international entre Glasgow Sculpture Studios et Triangle France - Astérides.
Un programme réalisé depuis 6 ans en partenariat avec Glasgow Sculpture Studios et bénéficiant du soutien du Service des Relations internationales de la Ville de Marseille.


Aniara Omann, Home is where the heart is (mouth), Kunsthal Ulys, Odense, Danemark, 2017

_
JEAN-CHARLES DE QUILLACQ

Jean-Charles de Quillacq est un ancien résident de la Rijksakademie, Amsterdam et a participé en 2014 au programme de recherche de la Villa Arson, où il participe à l’exposition L’Après-midi (cur. Mathieu Mercier) (...).


Jean-Charles de Quillacq, Ce que je me sens reproduit, 2017, performance, La Tôlerie, Clermont-Ferrand.

_
SARA SADIK

Le travail de Sara Sadik s’ancre dans ce qu’elle désigne par le terme «beurcore», la culture des français d’origines maghrébines dans toute sa complexité, dont elle analyse les particularités afin de les traduire dans des concepts visuels et matériels.


Sara Sadik, Pop Gazouz, film 4'35, octobre 2018
Voir la vidéo ici

_
FAHMY SHAHIN

Fahmy Shahin travaille avec une grande variété de medium, allant du dessin instinctif au dessin 3D en passant par l’impression 3D, donnant vie à des objets et sculptures. Les différentes strates des matériaux convoquées – visuel, archéologique (...)

Avec le soutien de Mophradat.


Fahmy Shahin, Plastic/Ocean/Desert/Sky (extrait), 2016

_
JUAN DIEGO TOBALINA

" Mon travail se présente sous la forme d’installations, de vidéos, d’art sonore et d’objets. Le fondement de ma recherche est la perception, ainsi que les millions de subjectivités qui constituent ce que nous appelons Réalité. Je me concentre en particulier sur les processus impliquant la fabrication de moments instables, éphémères, sur l’idée d’être constamment entre une étape et la suivante (...).


Juan Diego Tobalina, En líneas sin fin, vue d'exposition, 80 m2 Livia Benavides Gallery, Lima, 2018

_
VICTOR YUDAEV

J’ai commencé à écrire une histoire sur victor avant la naissance de victor. Depuis, victor&moi sommes vraiment proches, même si nous avons des vies différentes (...)



Victor Yudaev, Les nuages en pantalon, installation. Vue d'exposition, Noce, Friche la Belle de Mai, 2018 © JC Lett

_
PAULINE ZENK

Pauline Zenk (née en 1984, vit et travaille à Toulouse) travaille à partir d’une base d’images trouvées, des recherches provenant d’archives personnelles et collectives. Elle travaille dans la forme de “image based research”, mode de recherche – visuelle, historique, sociologique, réelle - qui a pour point de départ une image. Ce processus amène forcément à une répétition presque obsessive d’un ou plusieurs motifs. (...)


Pauline Zenk, The King of the Blind, 2018, huile sur toile, 70 x 67 cm © JC Lett