ARTISTE EN RÉSIDENCE

English version

_
BIANCA BALDI
En résidence de mi-avril à juillet 2018

Née en 1985 à Johannesburg (ZA). Vit et travaille à Bruxelles (BE).
biancabaldi.net

Le travail de Bianca Baldi prend appui sur les intrigues de l'histoire afin d'en révéler les complexes réseaux d'influences politique, économique et culturelle. Bianca Baldi traite des structures de pouvoir dissimulées et des mises en récit de l'oppression fabriquées à partir de photographies, films, écrits, publications et installations.

Bianca Baldi a étudié l'art à la Michaelis School of Fine Art à Cape Town (ZA) et à la Staedelschule de Frankfurt am Main (GE). Elle a participé à diverses expositions à l'international comme : 11èmes Rencontres de Bamako (ML), la Biennale Africaine de la Photographie (2017), 11th Shanghai Biennale, Power Station of Art, Shanghai, CN (2016), 8th Berlin Biennale, KW Institute for Contemporary Art, Berlin, DE (2014), 19th Contemporary Art Festival SESC Videobrasil, Sao Paulo, BR (2015). Ainsi qu'à des expositions collectives à Extra City Kunsthal, Anvers (2016), Kunstverein Braunschweig et Kunstverein Frankfurt (2015). Parmi les récentes expositions qui lui ont été dédiées, on note : “Eyes in the Back of Your Head”, Kunstverein Harburger Bahnhof, Hamburg, DE (2017), “Pure Breaths”, Swimming Pool projects Sofia (BG) en 2016 et “Zero Latitude” at the Goethe Institut Johannesburg (ZA) en 2014.

Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International.


Vue d'exposition, Eyes in the Back of Your Head, 2017, Kunstverein Harburger Bahnhof, Hambourg


Bianca Baldi, Zero Latitude, 2014, film HD, 9'30''. Production 8e Berlin Biennale, avec le soutien du Goethe Institut Johannesburg

_
AU COURS DE LA RÉSIDENCE

Adoptez l'humour de la pieuvre rusée qui semble imiter la roche à laquelle elle s'accroche. Maintenant, continuez dans cette direction, maintenant, prenez une mine différente.
Theognidean Sylloge, 213 - 218, part. 215-217

Bianca Baldi interprète la notion de Versipellis - phénomène qu'elle lit à la fois comme qualité adaptative de changer de couleur de peau et de la pellicule photographique elle-même. Elle associe ce phénomène à la pratique culturelle du passing [passer pour] - comprise comme le fait s'assumer une identité raciale différente afin d'échapper aux limites discriminatoires imposées par une classification dominante dans des groupes raciaux distingués.

Cette recherche a fait l'objet d'une conférence - performance en discussion avec Jana J. Haeckel, curatrice et chercheuse affiliée au Goethe Institut de Bruxelles. Cet évènement s'inscrit dans le cadre du programme public Les émotions trafiquées - Lust for Dust organisé dans le cadre de l'exposition Vos désirs sont les nôtres produite par Triangle France - Astérides.